Blog newsletters

Santé et sécurité au travail

Tous les ans meurent 2.2 millions de salariés dans le cadre de leur travail à la suite d’un accident ou d’une maladie professionnelle.
Chaque année, le 28 avril est donc organisée la « Journée mondiale pour la sécurité et la santé au travail », afin de sensibiliser la population sur les risques d’accidents et de maladies au travail. Durant cette journée, plus de cent pays participeront  et organiseront des manifestations et activités spéciales.

 Constat actuel

Le nombre recensé d’accidents au travail et de maladies professionnelles ne cessent d’augmenter chaque année. Face à cette augmentation, le Bureau international du Travail (BIT) et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ont décidé d’axer leur sensibilisation sur la « culture de la sécurité préventive ».

Aujourd’hui, le plus grand danger auquel seraient exposés les travailleurs sur leur lieu de travail, serait de contracter une maladie professionnelle. En effet, on recense quatre décès causés par une maladie professionnelle pour un décès causé par un accident. En ce sens, 160 millions de nouveaux cas de maladies professionnelles sont enregistrés chaque année.

Par ailleurs, d’après les estimations du BIT,  il se produit chaque année près de 268 millions d’accidents du travail non mortels, suivis d’au moins trois jours consécutifs de congé.

Prenons comme exemple le secteur du bâtiment. Selon l’OIT, au moins 60 000 accidents du travail mortels se produisent chaque année dans le monde, ce qui représente un décès toutes les 10 minutes ! Ce secteur est donc responsable à lui seul de près de 17% de ces accidents, sans parler des risques qui sont engendrés sur la santé des travailleurs : à la silice, aux substances chimiques dangereuses et à l’exposition aux poussières d’amiante...

Il est donc nécessaire de mieux planifier et coordonner le travail demandé au sein des organisations pour résoudre les problèmes de sécurité et de santé qui se posent et ainsi diminuer le taux d’accidents et de maladies.

Les actions mises en place

Face à ces chiffres alarmants, l’OMS va mettre en place différentes actions pour sensibiliser la population sur la santé et la sécurité au travail.

Pour se faire, elle va :

o    Renforcer la surveillance et le contrôle des normes en vigueurs au sein des entreprises,
o    Évaluer l’importance de la santé au travail,
o    Développer une base de données par pays afin de mieux soutenir les politiques de santé au travail,
o    Et ainsi, instaurer des plans d’action au niveau national.

Mais l’OMS a aussi créée  un réseau, des « Centres de collaboration de l’OMS », au sein des quels les différentes organisations vont pouvoir échanger leurs informations sur les facteurs de risques existants (chimiques, physiques, ergonomiques, psychosociaux, biologiques…).

Par ailleurs, l’OMS a mis en place un seuil minimum pour chaque pays en matière de prévention primaire et de santé au travail. C’est-à-dire, un nombre de services à respecter et à mettre en place dans ce cadre, au sein des entreprises.

De plus, certaines organisations vont mettre en place des dispositifs afin de sensibiliser ses salariés à la sécurité au travail. Par exemple, des réunions informatives vont être organisées afin de montrer comment utiliser le matériel fournit correctement et sans se blesser. Enfin, des simulations vont être réalisées avec les salariés afin d’informer sur le comportement à adopter en cas de « potentiel danger » et qui représenterait un risque pour le travailleur.

Les maladies au travail

Les maladies professionnelles recensées les plus courantes sont :

o    Cancers provoqués par une exposition à des substances dangereuses,
o    Affections musculo-squelettiques,
o    Maladies respiratoires,
o    Perte de l’audition,
o    Maladies circulatoires,
o    Maladies contagieuses causées par une exposition à des agents pathogènes…

Dans beaucoup de pays industrialisés, le nombre de décès causés par une maladie professionnelle comme l’asbestose* a augmenté. En effet, l’asbestose serait à l’origine de 100 000 morts par an dans le monde. Au sein du secteur agricole par exemple, on enregistrerait déjà près de 70 000 décès par an à cause d'empoisonnement dû à l’usage de pesticides, sans compter les maladies non mortelles aiguës ou chroniques, encore plus nombreuses.

* : L'asbestose est une affection pulmonaire grave qui touche les personnes qui ont inhalé de la poussière d'amiante.
 26/04/2017
En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies susceptibles de réaliser des statistiques de visites. Pour en savoir plus, cliquez ici Accepter